CONTACTEZ NOUS02 97 78 10 33
LOCATION BRETAGNE VOTRE CROISIÈRE

* champs obligatoires

MINI TRANSAT 2017

01 nov 2017 - 30 nov 2017



Rémi Aubrun (#868 Alternative Sailing / Constructions du Belon) : La rage jusqu'au Marin

 
 
 
Fort de sa deuxième place dans la catégorie Série à l'arrivée à Las Palmas (Canaries), première étape de la Mini Transat La Boulangère, Rémi Aubrun skipper du Mini 868 Alternative Sailing - Constructions du Belon est remonté à bloc pour la suite des événements
POGO 3 ALTERNATIVE SAILING MINI TRANSAT
Rentré quelques jours afin de gérer les dossiers urgents au bureau mais aussi pour se retrouve par mi les siens, il en profite pour se refaire une santé : "J'ai l'avantage par rapport aux plus jeunes de ne pas avoir de pression. Je participe à la MiniTransat dans un esprit de plaisir, je ne joue pas mon avenir en temps que skipper mais par contre, du haut de mes 52 ans, je mets plus de temps à récupérer!" dit-il en riant. "A mon retour, j'ai reçu beaucoup de messages enthousiastes, c'est très agréable. On se dit que cette course, on ne l'a fait pas que pour nous, que les gens y prennent également du plaisir. Ça renforce les liens."
 
Au sein de l'équipe Alternative Sailing, sponsor et préparateur du bateau, le soutien a été total : "C'était intense, exaltant, stressant!" explique Mathieu Jones, dirigeant de la société de location basée à la Trinité-sur-Mer. " La fin a été extraordinaire d'intensité. Nous avons suivi en temps réel à l'AIS tellement c'était serré, on n'en pouvait plus de ce suspense insoutenable! D'un point de vue de dirigeant d'entreprise, je suis bien content que cette première étape soit terminée, car toute l'équipe a passé son temps sur la carto et la productivité s'en est fait ressentir," dit-il en riant. "Plus sérieusement, c'est une grande satisfaction pour l'équipe car Rémi n'a pas eu le moindre problème technique. Quand ça se passe comme ça, c'est que le boulot en amont a été bien fait. C'est normal, c'est notre job. Maintenant, nous sommes impatients de le voir repartir et d'être à l'arrivée en Martinique car toute l'équipe Alternative Sailing sera là pour l'accueillir, quelque soit le résultat."

Très content de sa performance, Rémi redoutait un peu la concurrence : "Le niveau en Série est très élevé, il y a de sacrés lascars dans la flotte. Tout s'est joué sur la vitesse, ce qui m'a permis de me sortir parfois de choix stratégiques pas toujours judicieux. Alternative Sailing a réalisé un super boulot de préparation sur la bateau, particulièrement sur tout ce qui est "sous-marin". Je cours avec un jeu de voiles expérimental et unique, que j'ai spécialement dessiné pour cette course. Mon objectif dans cette Mini Transat est également professionnel: je suis passionnément voilier et participer à cette course est important pour l'entreprise."
 
Grâce à son expérience et à un bateau au meilleur de sa forme, Rémi Aubrun n'a pas eu d'ennuis techniques pendant sa course, juste une petite frayeur au large du Cap Finisterre : "Il y avait beaucoup de vent, je me suis retrouvé au milieu d'un groupe de pêcheurs espagnols qui m'ont bien fait comprendre qu'ils n'étaient pas contents que je sois là. Ils ont mis les projecteurs et ont été assez agressifs, je dois dire que je n'en menais pas large!"
 
Comment aborde-t-il la deuxième étape? "J'ai la rage, j'espère faire un podium à l'arrivée en Martinique. Il y a eu de l'écrémage lors de la première étape, certains favoris sont assez loin dans le classement. J'aurai dans mon viseur Clarisse Crémer et Erwan le Draoulec qui sont hyper solides, mais également Pierre Chedeville et Tom Dolan qui sont également très bons. Je suis optimiste même si cette traversée de l'Atlantique va se jouer beaucoup à la stratégie météo: que les alizés soient établis ou non, il y aura des pièges à éviter. Le jeu reste ouvert et c'est génial."